Les Annales de Dermatologie ont 150 ans

Par le Pr Bernard CRIBIER, CHRU de Strasbourg (d'après un entretien) - le vendredi 14 décembre 2018

Partager

Les Annales de dermatologieLa création des Annales de la dermatologie en 1868 a été l'un des moteurs structurant la spécialité. Elle a précédé la création d'une chaire en 1879, puis de la société française de dermatologie en 1889. 


Si on peut dire que la dermatologie est née à Paris et à Londres à la fin du XVIII° siècle, que Paris en est resté une référence jusque vers 1850, des querelles doctrinales lui ont fait perdre sa place ensuite au profit de Vienne. C’est dans ce contexte qu’en 1868 un médecin installé à Uriage, Adrien Doyon (1827/1907) fonde les « Annales de dermatologie et de syphiligraphie » publiées par Masson. C’est la première revue au monde qui emploie le terme de dermatologie et non de maladies de la peau. C’est la revue pérenne la plus ancienne, avec une revue italienne créée deux ans avant mais qui n’utilisait pas le terme de dermatologie. 
A l’époque, les spécialités au sens où nous l’entendons maintenant n’existaient pas, il n’y a pas de chaire de dermatologie, pas de programme d’enseignement systématique. Les médecins intéressés vont se former « sur le tas » à Paris à l’hôpital Saint-Louis, à Londres ou Vienne. 

Une revue totalement innovante 

Les Annales constituent vraiment un des éléments fondateurs de la dermatologie française.Très en avance, elles sont en France la première revue de « spécialité » médicale. Dès le départ ses fondateurs l’ont largement ouverte aux différentes doctrines françaises ou étrangères, prônent la critique. Très avant-gardiste, elle parle d’emblée de médecine scientifique basée sur l’observation, et aborde la microscopie 

  A l’époque, une large part était consacrée aux maladies vénériennes et surtout à la syphilis qui des années 1850 à 1920 constituait une réelle préoccupation. Ce n’est qu’en 1970 que le terme de syphiligraphie a été remplacé par celui de vénérologie. On trouvait dans la revue des mémoires originaux, des correspondances, des articles souvent très longs, des analyses de la littérature. Adrien Doyon voulait faire connaître les travaux réalisés à l’étranger, et en particulier à Vienne, où l’abord et les techniques étaient souvent plus pragmatiques et plus centrés sur l’expérience qu’en France et où débutait la pharmacologie.

Les Annales ont amené un renouveau de la dermatologie française, et après la création de la chaire et de la Société française de dermatologie ont contribué à dynamiser la spécialité naissante. Paris est redevenu un centre de référence pour les maladies cutanées en 1900 et d’autres se sont créés en province.

Une vieille dame toujours pleine d’allant  

Actuellement, les Annales continuent avec 10 numéros par an, plus des numéros spéciaux autour de congrès ou des supplémentas thématiques. Sa particularité par rapport aux autres revues de dermatologie dans le monde, c’est que sur 80 pages environ, 30 sont consacrées à la formation médicale continue, afin de toucher tous les publics, à la fois avec des articles très pointus et de la dermatologie générale. 

C'est en 1987 qu'est apparu l'enseignement post-universitaire dans une rubrique bien spécifique et bien sûr depuis 2008 tout le processus éditorial se fait on ligne. On connait cependant les inquiétudes sur l'avenir de la presse médicale. Et paraphrasant Richard Horton, rédacteur en chef du Lancet dans un numéro paru le 5 décembre 2008, le Pr Cribier rappela "qu'un journal ne peut survivre que s'il représente quelque chose de plus qu'un réceptacle pour la recherche. Il faut qu'il ait une vision du monde, ouverte et large sur les autres spécialités, l'hôpital et la ville, il faut avoir de la rigueur et nous voulons en permanence améliorer les Annales. Et nous sommes certains qu'elles seront toujours là pour leur 200 ans". 

Un numéro spécial collector sort pour les 150 ans, avec par exemple des articles sur le contexte général de 1868, les biographies de tous les rédacteurs, et la correspondance entre les deux fondateurs Adrien Doyon et Ernest Besnier qui constituent des documents inconnus et exceptionnels.  

D'après la séance plénière 2 - LES ANNALES DE DERMATOLOGIE ONT 150 ANS

Partager

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Nous employons des cookies afin d’améliorer votre navigation, générer des statistiques, assurer le suivi des campagnes publicitaires et réseaux sociaux. En savoir plus sur notre politique de confidentialité et de cookies et comment les gérer sur votre navigateur. Vous pouvez à tout instant modifier les paramètres de gestion de ces cookies.

Ok En savoir plus